Les containers à la mer

Arrimage

Le 2 janvier 2019, au cours d’une tempête, le M/V MSC ZOE, navire de la compagnie maritime suisse MSC, déclare au moins 270 containers à la mer perdus dans les eaux allemandes de la mer du Nord. Trois de ces containers perdus contenaient une marchandise potentiellement dangereuse : des barils de peroxyde organique sous forme de poudre (Composé extrêmement inflammable et dont la fumée peut être source d’irritations. Le peroxyde organique est notamment utilisé dans la fabrication de plastiques, de polystyrène et de PVC.)

Mais combien de conteneurs tombent à la mer chaque année ?

Qu’il s’agisse d’intempéries ou d’accidents causés par l’homme, comme des échouements et des collisions, chaque année, des conteneurs de fret sont perdus en mer.

Un rapport qui a été largement accepté comme étant la meilleure estimation date de 2011, lorsque le World Shipping Council a sondé ses compagnies membres, représentant 90% de la capacité mondiale, pour les années 2008, 2009 et 2010. Le World Shipping Council a une nouvelle fois sondé ses membres pour un rapport mis à jour en 2014 qui comprend les chiffres des trois dernières années et il ressort que les pertes de containers en mer ont augmenté de près de 300% en moyenne entre 2008 et 2014.

Pour la période combinée de six ans..

De 2008 à 2013, le WSC estime qu’il y a eu en moyenne 546 conteneurs perdus chaque année, sans compter les catastrophes. En comptant les événements catastrophiques, 1 679 conteneurs en moyenne ont été perdus chaque année au cours des six années étudiées.

Le rapport de WSC note que les chiffres importants des années 2011 à 2013 sont le résultat de deux événements catastrophiques rares : le naufrage 2013 du MOL Comfort dans l’océan Indien et le M/V Rena 2011 échouant au large de la Nouvelle-Zélande. A lui seul le MOL Comfort a entraîné la perte des 4 293 conteneurs chargés (le MOL Comfort est considéré comme la pire perte de porte-conteneurs de l’histoire). Le MV Rena, quant à lui, a perdu environ 900 conteneurs à la mer quand il s’est échoué et s’est brisé sur un récif au large des côtes de la Nouvelle-Zélande en 2011.

Quelle proportion représentent les conteneurs perdus chaque année par rapport au volume de containers ayant transité ?

World Bank Group a déterminé le nombre de containers ayant transité dans le monde pour les années concernées (voir chiffres ci-dessous). On a donc une moyenne annuelle de containers transportés de 2008 à 2013 qui s’élève à 574 211 822 EVP. La moyenne des containers perdus sur cette même période s’élève à 1 679 EVP, soit « seulement » 0,00029% de la moyenne des containers ayant transité sur cette période… !

Volume par an :

Année Nombre de containers perdus en mer
2008 516 152 333
2009 472 175 125
2010 560 159 177
2011 606 171 151
2012 634 284 416
2013 656 328 734

Mais si ces pertes restent relativement rares, elles n’en ont pas moins des conséquences potentiellement graves.

Objets Flottants Non-Identifiés

Parmi les containers perdus en mer tous ne vont pas forcément couler en tombant à la mer, il arrive souvent que ceux-ci restent en surface, ou entre deux eaux, générant un obstacle parfois invisible pour des navires qui, en les percutant, peuvent se faire gravement endommager. Ils représentent donc un risque majeur pour la navigation.

Conséquences écologiques 

Si, quelques temps après le naufrage, certains containers s’échouent sur le rivage, que deviennent ceux qui sombrent ?

Des scientifiques du Monterey Bay National Marine Sanctuary, en Californie, ont eu l’occasion de se pencher sur la question.

Sept ans après l’immersion d’un container dans les eaux protégées de la baie de Monterey, ils sont allés examiner cette découverte, financés notamment par l’amende de 3,25 millions de dollars versée par la compagnie propriétaire du Med Taipei à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) pour 15 containers tombés à l’eau en 2004 dans la baie de San Francisco. Ils ont alors pu constater que le container était presque intact, encore couvert de sa peinture, et qu’autour de lui et sur ses parois s’était développé un écosystème relativement proche de celui que l’on peut trouver autour d’un récif naturel.

« Si un objet physique arrive là, les animaux vont être attirés vers lui car cela leur procure un abri pour se protéger des prédateurs. Puis les prédateurs vont être attirés. Vous allez trouver de la vie autour de tout ce que vous placez là”, explique Josi Taylor, du Monterey Bay Aquarium Research Institute.

Par ailleurs..

Les chercheurs ont noté l’absence de certaines espèces pourtant caractéristiques des environnements solides, comme les éponges, coraux durs, petits poissons, étoiles de mers et méduses. Mais selon eux, cela n’est pas forcément mauvais signe. Ces organismes n’ont peut-être pas eu le temps de coloniser le container en seulement sept ans.

Il est possible que le container offre un aperçu du premier stade de l’implantation de ces espèces, et qu’il finira par ressembler à un récif naturel, expliquent les auteurs. Bien sûr, cela pourrait aussi vouloir dire que la peinture du container contient des produits toxiques repoussant certaines espèces. Mais il est encore difficile de se prononcer définitivement sur la question, tout simplement car notre connaissance des profondeurs est encore minime.

Les scientifiques manquent encore de vision à long terme de l’évolution des écosystèmes des profondeurs. Il est rare qu’une équipe parvienne à suivre les changements d’une zone précise de l’océan sur plus de trois ans, comme il a été possible de le faire avec le container perdu du Med Taipei. Il est donc encore trop tôt pour déterminer les effets précis de l’objet sur son nouvel environnement.

Les pertes de containers en mer sont bien souvent causées par un défaut d’arrimage (tel était le cas du Med Taipei). Il est primordial de bien arrimer les containers au navire et entre eux afin de sécuriser au maximum les cargaisons et éviter les problèmes de containers qui finissent à la mer afin de limiter les dangers cités précédemment. Ainsi que les coûts liés à la récupération des OFNI, à la dépollution des milieux marins ou côtiers…

N’hésitez pas à consulter nos articles traitant de différents sujets tels que la toxicité des planchers des containers ou encore l’évolution du marché des containers dry, reefer ainsi que celui des citernes ici.