Malcom McLean : l’invention du container


Malcolm Purcell McLean (1913 – 2001) est un homme d’affaires américain. Entrepreneur en transport, il a développé le concept du container maritime qui a révolutionné le transport et le commerce international dans la seconde moitié du 20ème siècle. La containerisation a amené une diminution significative du coût du fret en éliminant le recours à de nombreuses manutentions sur les marchandises, et a également amélioré la fiabilité du transport, réduit les vols de marchandise et diminué les stocks par l’amélioration des temps de transport.

Les jeunes années

McLean est né à Maxton en Caroline du Nord en 1913.

En 1935, à la sortie du lycée à Winston-Salem, sa famille n’a pas suffisamment d’argent pour l’envoyer à l’université. Mais il y en a suffisamment pour qu’il puisse acheter un camion d’occasion…

Cette même année, avec sa sœur Clara et son frère Jim, ils fondent la société de transport McLean Trucking Co. Basée à Red Spring en Caroline du Nord, McLean Trucking commence son activité en transportant des barriques de tabac vides, avec Malcolm parmi les chauffeurs.

La containerisation

Au début des années 50, constatant l’encombrement constant des routes reliant les différents ports de la côte Est des Etats-Unis, McLean décide d’essayer commercialement d’utiliser des containers. En 1952, il élabore des plans pour transporter les camions de sa compagnie sur des bateaux le long de la côte atlantique, de Caroline du Nord jusqu’à New York. Il est rapidement devenu évident que les “navires porte-châssis » seraient inefficaces du fait de l’importante perte de capacité de transport de marchandise à bord des bateaux. Le concept original a alors été modifié pour que ne soit transporté que le container à bord des bateaux, appelés depuis « container ships » ou « box ships », et pas le châssis.

A cette époque aux USA, la loi interdisait à une compagnie de transport routier de détenir une compagnie maritime. McLean contracte alors un prêt bancaire de 22 millions de dollars et, en Janvier 1956 il achète deux tankers T2 de la seconde guerre mondiale, qu’il convertit au transport de containers. Il lui faut plusieurs mois pour modifier les bateaux, construire les containers à charger sous et sur le pont, et concevoir les châssis adaptés au transport de containers mobiles.

Le 26 avril 1956, sous l’œil d’une centaine de dignitaires invités, l’un des deux tankers convertis, le SS Ideal-X, est chargé et quitte le port de Newark pour le port de Houston au Texas, transportant 58 containers de 35 pieds (11 mètres).  Interrogé sur ce qu’il pensait de ce tout nouveau type de transport de marchandises, alors que le Ideal-X quittait le port de Newark, Freddy Fields, un des dirigeants officiels de l’International Longshoremen’s Association (l’association internationale des dockers) répondit : « J’aimerais couler ce fils de pute ». McLean s’envola pour Houston pour être sur place lorsque le bateau arriverait à bon port.

En 1956, la plupart des marchandises étaient chargées et déchargées à la main par les dockers. La manutention de chargement coûtait 5.86$ la tonne. Avec l’utilisation du container, ce coût tombe à 0.16$ la tonne, soit un coût 36 fois moindre. La containerisation a également considérablement réduit le temps de chargement et de déchargement des bateaux. McLean savait qu’« un bateau gagne de l’argent lorsqu’il est en mer » et il a basé tout son concept sur cette assertion.

La naissance de Sea-Land Services

En avril 1957, le premier porte-container, le Gateway City, commence une liaison régulière entre New York, la Floride et le Texas. Au cours de l’été 1958, McLean Industries, agissant sous le nom de Pan-Atlantic Steamship Corporation, inaugure un service entre les Etats-Unis et San Juan à Porto Rico avec le bateau Fairland. Pan-Atlantic Steamship Corporation devient Sea-Land Services Inc en avril 1960. L’opération de McLean est devenue rentable en 1961 et il n’a cessé d’ajouter des dessertes et d’acheter des bateaux toujours plus gros.

En août 1963, McLean crée une nouvelle aire portuaire de 400m² à Port Newark pour augmenter sa capacité de manutention de containers. Le développement du marché du container reste faible jusqu’à la fin des années 60. Peu de ports sont alors dotés de grues ou de palans capables de charger ou décharger les containers, et le changement est d’autant plus ralenti que cette industrie est profondément ancrée dans la tradition. En outre, les syndicats sont hostiles à cette idée qui remet en cause leurs moyens de subsistance.

En avril 1966, Sea-Land traverse l’Atlantique en lançant un service entre New York, Rotterdam, Brême et Grangemouth en Ecosse.

L’année suivante (1967) Sealand est invité par le gouvernement américain à opérer un service régulier vers le Viet Nam alors en guerre. Ce service générera 40% du résultat de la compagnie en 1968 et 1969 !

Fin 1968, un service commercial est inauguré depuis l’Asie vers les Etats-Unis. Ce service est étendu à Hong Kong et Taiwan en 1969, puis à Singapour, à la Thaïlande et aux Philippines en 1971.

Pour poursuivre dans la voie de la réduction du coût de main d’œuvre et des temps d’escale dans les ports, McLean devient très attentif à la standardisation. Ses efforts pour améliorer l’efficacité de son modèle l’ont amené à dessiner des types standards de containers qu’il a fait breveter. Il a mis ses brevets à disposition de l’International Organization for Standardization (ISO).

A la fin des années 60, Sea-Land Industries posséde 27 000 châssis porte-container, 36 bateaux et est connectée à 30 ports.

Les avantages du système containers de McLean devenant évidents, la concurrence de développe rapidement. De plus gros bateaux sont construits, de plus gros portiques de manutention et des containers plus sophistiqués apparaissent. Sea-Land a alors besoin de fonds pour rester compétitive. McLean se tourne vers Reynolds Tobacco Company, une entreprise qu’il connait depuis l’époque où il transportait les cigarettes Reynolds à travers les Etats Unis. En Janvier 1969, Reynolds accepte d’acheter Sea-Land pour 530 millions de dollars en cash et en actions. McLean encaisse 160 millions de dollars et hérite d’un fauteuil au comité de direction. Cette même année, Sea-Land passe commande de 5 des plus grands et plus rapides porte-containers au monde. Bien du chemin a été parcouru depuis l’inauguration du Ideal-X en 1956 !

Sous l’ère de Reynolds, les profits de Sea-Land sont irréguliers. A la fin de 1974, Reynolds aura investi plus d’un milliard de dollars dans Sea-Land, construisant de grands terminaux dans le New Jersey et à Hong Kong, et accroissant sa flotte de porte-containers.

Les plus importantes dépenses de Sea-Land résident dans le carburant. Aussi en 1970, Reynolds achète American Independent Oil Co, plus connue sous le nom de Aminoil, pour 56 million de dollars. Reynolds investit des millions dans l’exploration pétrolière, essayant de porter Aminoil à une taille suffisante pour être compétitive sur le marché de l’exploration mondiale.

En 1974, RJ Reynolds Industries réalise sa meilleure performance. Les profits de Sea-land sont  multipliés par 10 pour atteindre 145 millions de dollars. Les profits d’Aminoil grimpent en flèche à 86.3 millions de dollars. Mais en 1975, les profits des deux compagnies s’effondrent. McLean quitte alors le comité de direction de Reynolds en 1977 et coupe les ponts avec la compagnie.

Sea-Land International est vendu à Maersk en 1999 et devient Maersk Sealand, laquelle, en 2006, devient Maersk Line.

Les anciens services domestiques de Sea-Land opèrent maintenant sous le nom de Horizon Lines, et représentent encore aujourd’hui près de 36% des expéditions entre le continent américain et l’Alaska, Hawaï et Porto Rico. Son siège est basé à Charlotte en Caroline du Nord.

Décès

McLean s’éteint à son domicile à Manhattan le 25 mai 2001 à l’âge de 87 ans.

Le ministre des transports Norman Y. Mineta prononce alors en hommage le discours suivant: « Malcom a révolutionné l’industrie maritime du 20ème siècle. Son idée de moderniser le chargement et le déchargement des bateaux, qui se faisait la veille encore comme à l’époque des anciens Phéniciens il y a 3000 ans, a amené un transport de marchandises plus sûr et moins onéreux, des livraisons plus rapides et un meilleur service. Nous devons énormément à ce visionnaire, le père de la containerisation, Malcolm P. McLean. »

N’hésitez pas à consulter nos articles traitant de différents sujets tels que la toxicité des planchers des containers ou encore l’évolution du marché des containers dry, reefer ainsi que celui des citernesici.